Complexe Electra: Origine, Symptômes et Résolution

Le complexe Electra est l'obsession amoureuse d'une fille pour son père âgé de 4 à 6 ans. Cet engouement la conduit à rivaliser avec sa mère, la considérant comme une rivale.

Ce phénomène est résolu lorsque la fille commence à craindre de perdre l'amour de sa mère et commence à s'identifier à elle.

Le concept de "complexe", dans ce cas, fait référence à une variété de sentiments qui sont en dehors de notre conscience et qui sont acquis au cours d'expériences vécues durant l'enfance. Celles-ci jouent un rôle très important dans le développement de la personnalité.

Il survient généralement entre 3 et 6 ans, au cours du stade phallique défini par Sigmund Freud. Il est comparable au complexe d'Œdipe, de sorte que Freud l'a appelé "Œdipe féminin".

Le concept "complexe d'Electra" a été créé par le psychiatre et psychologue suisse Carl Jung en 1913. Il s'inscrit dans la théorie psychanalytique et a été utilisé pour résoudre les problèmes de développement féminin.

Jung a défini le complexe Electra comme le désir sexuel inconscient que la fille ressent envers son père. Bien qu'ils semblent appartenir à la même théorie, Freud et Jung ont mis en évidence différents aspects de ce phénomène.

Par exemple, Freud a souligné l'importance de l'inclination d'une fille envers sa mère au début du développement. En outre, il place le phallus dans le développement de l'enfant et de la fille dans un rôle central. Jung, d'autre part, n'était pas d'accord avec ces idées.

En général, le complexe Electra n’était pas largement accepté par les psychanalystes.

Le mythe grec d'Electre

Le terme complexe d'Electra vient d'un mythe grec du Ve siècle avant J.-C. Dans cette histoire, Electre et son frère Orestes se sont alliés pour se venger de leur mère, Citemnestra, et de son beau-père pour le meurtre d'Agamemnon (son père).

Electra apparaît comme personnage principal dans différentes œuvres classiques: "La trilogie d'Oreste" d'Eschyle, "Electra" de Sophocle et "Electra" d'Eschyle. Jung n'a jamais mentionné laquelle de ces œuvres il avait utilisé pour décrire le complexe.

Les étapes du développement psychosexuel

Selon Freud, il existe différentes étapes du développement psychosexuel dans lesquelles l'énergie libidinale se concentre sur différentes zones érogènes du corps de l'enfant.

Il s’agit de l’oral (où la pulsion est satisfaite par la bouche), de l’anal (est satisfait en contrôlant les intestins), du phallique (le phallus), du latent (où les pulsions sont endormies) et des organes génitaux (où il est atteint génitalité avec le couple et reproduction).

Chacune d’elles est associée à une certaine tranche d’âge. Cependant, divers conflits peuvent survenir, forçant l’individu à rester «ancré» dans l’une de ces étapes. Cela s'appelait "la fixation dans le développement"; et produit anxiété, névrose, homosexualité et problèmes d'adaptation à l'âge adulte.

Freud, inspiré par le caractère classique, a établi le concept du complexe d'Œdipe afin de caractériser les relations entre l'enfant et sa mère.

Identifie l'enfant en tant que personne sexuelle qui, en découvrant son sexe et celui de ses parents, cherche l'amour dans l'un d'eux.

Cela se produit au stade phallique, car pendant cette période, les enfants commencent à prendre conscience de leur corps et de celui des autres. Ils veulent explorer leur nudité et découvrir leurs organes génitaux.

Chez l'enfant, on tombe amoureux de la figure maternelle et de l'hostilité envers le père. Tandis que chez les filles, cela fait aussi partie de l'amour envers la mère, bien que plus tard, il passe à la figure du père.

La crainte de ne plus être aimé résout la résolution des deux conflits et est réalisée au moyen de l'identification avec le père du même sexe. Selon Freud, ce processus amène les enfants à accepter leur rôle de genre et à comprendre leur sexualité.

Complexe d'Œdipe chez le mâle

Pour mieux comprendre le complexe Electra, il est nécessaire de commencer par un bref résumé du complexe d'Œdipe masculin.

Chez les hommes, cela commence par manifester une attitude séductrice envers la mère. En même temps, il entretient la jalousie et la rivalité avec le père du même sexe. Le but de l’enfant est que le père disparaisse pour pouvoir le remplacer, car il le voit comme un obstacle à la réalisation de ses souhaits.

Peu à peu, cette union est affaiblie par la peur de la castration. On suppose que l'enfant réalise à un moment donné que les organes génitaux des filles sont plus petits. Cela lui fait penser qu'ils ont été castrés et que cela peut lui arriver.

Puis apparaît la soi-disant "anxiété de castration", qui ne peut être résolue que s'il renonce à ses désirs incestueux.

Ce complexe, plutôt que d'être résolu, est enfermé dans l'inconscient. Petit à petit, on passe de la rivalité à l'identification avec le père, où l'enfant veut être comme lui et commence à l'imiter.

Comment est né le complexe Electra?

Dans le cas de la fille, le développement du complexe d'Œdipe est un peu plus complexe. Comme vous pouvez le constater, pour Freud, l’anatomie des organes génitaux est déterminante pour le développement psychosexuel.

Il indique que dans l'esprit des petits il n'y a qu'un seul organe génital, le "phallus". Ils pensent que tout le monde possède un phallus. Il faut souligner que, durant la phase phallique, le phallus acquiert un sens. C'est-à-dire qu'il symbolise la loi et le pouvoir.

Un autre aspect à prendre en compte est le fait que Freud considérait que les sexes masculin et féminin étaient indépendants des organes génitaux. Il en a plutôt parlé comme d'une classification subjective basée sur la manière dont chaque personne se comporte et dont il se lie aux autres.

Une fois que cela est compris, nous pouvons entrer dans le complexe féminin d'Œdipe. Au début, la fille est très proche de sa mère, tout comme les enfants. Cette union est conçue comme un attachement sexuel appelé "désir libidinal".

Lorsque la fille trouve l'occasion de comparer ses organes génitaux avec ceux d'un enfant, elle constate qu'ils sont petits par rapport à l'homme et égaux à ceux de sa mère. Cela la fait se sentir inférieure et désavantagée car, sans le phallus, la fille ne peut pas posséder sexuellement sa mère.

Pendant un moment, il espère que ses organes génitaux ressembleront à un phallus. La jeune fille commence alors à penser qu’elle avait au début un pénis semblable à celui d’un homme, mais qu’elle l’avait "castrée", perdant cet organe de son corps.

La différence entre le garçon et la fille à ces étapes est que l'enfant craint la castration, alors que la fille pense qu'elle a été castrée. Cela provoque la soi-disant "envie de pénis" en elle.

Pour compenser l'absence de pénis, la fille passe de "l'envie du pénis" à "l'idée de l'enfant". Cette idée est que son père "régale" un enfant. Pour atteindre cet objectif, la fille a recours à la séduction. Il commence à flirter avec son père, essayant de le fasciner par des offres et des cadeaux, et exigeant son attention de façon continue.

Cependant, la jeune fille se rend compte que son père ne peut pas se rendre complètement à elle car il y a une autre personne: sa mère. Ainsi, elle voit la figure de la mère comme un obstacle à accéder à l'amour de son père, prétendant la remplacer.

Pour cette raison, la petite fille commence à se comporter de plus en plus hostile envers sa mère, ressentant de la jalousie et du rejet. Cette haine est également due à la conviction que c’est la mère qui l’a castrée et qu’elle ne possède pas le phallus à cause d’elle.

Résolution du complexe Electra

Deux mécanismes de défense participeront à la résolution du complexe Electra:

- Répression: il s'agit de bloquer les désirs, les souvenirs, les émotions, les pulsions et les idées de la conscience.

- Identification: la fille intègre dans son ego les caractéristiques de la personnalité de sa mère.

Avec le passage du temps, le désir d'avoir un pénis et d'avoir un enfant de son père est abandonné, puisque la jeune fille suppose qu'ils ne seront pas remplis.

De plus, il commence à avoir peur de perdre l'amour de sa mère (selon Freud, l'amour des parents pour les enfants est fondamental pour eux).

D'autre part, pour résoudre le conflit, la fille doit s'identifier peu à peu à sa figure maternelle. C'est peut-être une façon inconsciente de "gagner" l'amour du père, car s'il réussit à ressembler à sa mère, il sera plus facile de le vaincre. De cette façon, il intègre les caractéristiques de la personnalité de la mère dans son propre ego.

Si plus de 8 ans, la fille commence à imiter sa mère, essayant de faire les mêmes tâches, parlant comme elle et utilisant leurs affaires, on peut dire que le complexe Electra a été vaincu.

Ainsi, ces désirs sont intériorisés et enfermés dans une partie de l'inconscient. Selon la théorie, ils préparent la femme pour son rôle sexuel dans le futur.

Complexe Electra non résolu

D'autre part, si le complexe Electra n'est pas résolu, une fixation peut être donnée au stade phallique. La fille continuerait donc à éprouver "l'envie du pénis".

Il tenterait continuellement de dominer les hommes, soit par séduction (s'il avait une haute estime de soi), soit par soumission extrême (si son estime de soi était faible).

Une autre indication du manque de résolution du complexe Electra est le choix de couples similaires à la figure paternelle et d'un âge beaucoup plus élevé. De plus, les difficultés peuvent sembler avoir un lien adéquat avec les autres femmes.

Même si elles deviennent mères avant que ce complexe ne soit résolu, elles peuvent voir leurs filles comme des rivales qui "volent" l'amour de leur partenaire.

Symptômes du complexe Electra non résolus

Il est possible que, malgré le fait qu'elles soient des femmes adultes, certaines continuent à être des "filles de papa". C'est-à-dire qu'ils présentent une union excessive avec leur père, maintenant la rivalité avec leur mère.

Cela peut aller si loin qu'ils ne sont même pas capables d'avoir des relations amoureuses stables avec d'autres hommes, puisqu'ils ne trouvent personne comme leur père. Certains des symptômes sont:

- Des sentiments d'hostilité inexpliqués à l'égard de la mère, la voyant coupable de ses échecs et de ses problèmes.

- Fantasmes sur la disparition de la mère ou sur ce que serait sa vie si elle n'existait pas. Souvent, ces pensées sont gênantes pour la patiente, l’empêchant d’y penser.

- Quand ses parents se disputent, quoi qu'il arrive, il se met toujours du côté du père.

- Pense toujours à ton père lorsqu'il est triste ou heureux.

- Au moment de prendre une décision importante, réfléchissez toujours d'abord à ce que votre père dirait et à ce qu'il préférerait.

- Insatisfaction ou demande excessive avec leurs relations. Il est possible que ses partenaires soient en conflit avec elle lorsqu'elle réalise qu'elle accorde trop d'attention à son père.

- Leurs partenaires ont généralement des caractéristiques physiques ou des manières d'être très similaires à celles de leur père et sont généralement beaucoup plus âgés.

Dans ces cas, une thérapie psychologique peut être très utile, car ce problème affecte souvent la vie du patient. Habituel, il souffre de problèmes dans ses relations sociales ou de stagnation dans sa carrière professionnelle ou professionnelle.

Complexe d'Œdipe féminin

Il convient de noter que Freud n’a jamais accepté que le complexe d’Œdipe et le complexe d’Electre soient assimilés. Freud a toujours souligné que ces processus étaient différents chez les hommes et les femmes et que les présenter comme des parallèles simplifiait le problème.

Pour lui, l'aspect principal concernait la castration. Alors que le complexe d'Œdipe apparaît d'abord chez les hommes, puis la peur de la castration, le processus est inversé chez les femmes.

Il convient également de noter que les recherches de Freud sur la sexualité féminine étaient conditionnées par des conventions sociales de genre et de classe. Les femmes étaient considérées comme le "deuxième sexe", même certains patients étaient considérés comme "dégénérés".