Quel est le comportement social?

Le comportement social est défini comme tout comportement dirigé vers la société et qui est étudié avant tout sous le prisme de la psychologie, de la biologie ou de la sociologie. Il y a des termes que l'éthologie ou la biologie qu'il convient de préciser.

Il existe peu d'animaux aussi sociaux que l'être humain. Nous avons besoin que les autres se connaissent, maintiennent une santé mentale équilibrée et même survivent. Nous sommes des êtres complètement grégaires.

Il existe des comportements comportementaux qui sont aussi purement sociaux: alors que les abeilles forment un réseau de relations, de communication et de hiérarchie avec les autres membres de leur espèce, les rats deviennent littéralement déprimés s’ils sont seuls dans une cage (ce n’est pas le cas s’ils en ont un autre). avec qui interagir).

Le comportement social se produit au sein d'une même espèce, c'est-à-dire qu'il ne s'agit que de comportements ou de relations intraspécifiques. D'autre part, d'autres comportements, tels que la prédation ou la parasitisation, impliquent des membres d'autres espèces (relations interspécifiques) et ne sont donc pas considérés comme sociaux.

Depuis l'antiquité et de la part de philosophes aussi influents dans la pensée occidentale qu'Aristote, la pertinence du comportement social et de la société pour la vie des gens était déjà établie.

Pour le polymathe, l'être humain était un animal social dont la sphère privée était indissociable de la sphère sociale, car c'est dans la société que les personnes sont moralement formées, en tant que citoyens et en relation avec l'environnement.

Aujourd'hui, la psychologie moderne boit des points de vue tels que le cognitivisme ou l'étude de la personnalité pour aborder le comportement en société. Ces optiques seront précisément ce dont nous parlerons ensuite.

Nous ne pouvons pas oublier un aspect clé du comportement social des êtres humains: le langage. Ceci est dessiné comme l'outil clé pour que cela soit possible. Nous parlerons également de la communication et du langage non verbal plus tard.

Psychologie sociale et comportement social

La psychologie sociale est responsable de l'approfondissement du comportement social. Une partie de la base selon laquelle les processus psychologiques (cognitifs) sous-tendent la perception humaine et se comportent autour de la société et sont déterminants pour savoir comment cela fonctionne. De même, la psychologie sociale suppose que nous sommes constamment influencés par la société (même lorsque nous sommes seuls).

De même, la psychologie sociale étudie également les lois et les "contrats de comportement" par lesquels la coexistence et l'intériorisation des normes culturelles sont régies.

Les autres sujets qui entrent dans l'étude de la psychologie sociale et que nous aborderons dans cet article sont:

─ Personnalité, soulignant extraversion et introversion.

─ Timidité

─ Collectivité et psychologie des masses.

─ Communication et langage.

Comportement social selon les traits de personnalité

Sans aucun doute, l’un des porte-drapeaux de l’étude des caractéristiques et attributs personnels est le psychologue Eynseck, qui a créé un système multidimensionnel, c’est-à-dire les catégories suivantes qui constituent un continuum bipolaire.

Bien que l'intention de cet auteur ne soit pas d'expliquer le comportement social, cela nous aidera à enrichir notre vision de ce phénomène.

Eynseck a classé les traits de personnalité les plus importants et les plus caractéristiques en trois catégories différentes qui sont encore prises en compte dans de nombreux tests et inventaires actuels. Ceux-ci sont:

─ Psychoticisme: est le niveau d'impulsivité qu'une personne manifeste envers d'autres personnes ou envers des situations spécifiques, ainsi qu'une tendance à prendre des risques. Bien que nous puissions associer cette dimension à des attributs négatifs, Eynseck a promulgué que les personnes ayant des scores élevés en psychoticisme sont également les plus créatives, car elles sont dominées par une pensée divergente et la transgression des conventions sociales.

Neuroticism : marque à quel point une personne est stable émotionnellement. Plus le score est élevé dans cette dimension, plus l'individu sera instable (névrotique).

Extraversion : il s'agit de la caractéristique la plus intéressante pour expliquer le comportement social. Comme nous l'avons dit, il s'agit d'un continuum aux extrémités duquel se trouvent l'extraversion, d'une part, et l'intraversion, de l'autre.

Cette dimension définit purement le comportement envers la société: soit vous êtes ouvert, soit vous vous sentez seul. Tandis que l'extravert est ouvert à la société, est bavard, interagit avec les autres et aime être entouré de personnes, l'introverti se manifeste comme une personne réservée et tend à la solitude.

Il est important de faire la différence entre un timide et un introverti. Un introverti préfère ne pas s'entourer de beaucoup de gens. On peut dire qu'il est mieux seul, ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas de compétences sociales. Un timide, cependant, est celui qui a du mal à s'entourer de personnes et à interagir avec elles, malgré leur désir de le faire.

En termes d'introversion, Carl Jung, le disciple de Freud, a défini l'introversion comme une attitude plutôt dirigée vers notre "contenu psychique intérieur" plutôt que vers le monde extérieur.

Comment quelqu'un est-il ouvert socialement?

Ou qu'est-ce qui est pareil, comment est un extraverti, selon Eynseck et Jung? Comment ça se comporte? Comme l'a dit Jung, les extravertis sont davantage orientés vers le "monde extérieur" et, par conséquent, recherchent plus d'interaction sociale que les introvertis. De cette manière, ils adopteront une gamme de comportements qui "attireront" les gens.

Par exemple, il n’est pas rare de voir que des personnes plus sociales ou plus ouvertes tendent à décorer davantage leurs espaces de travail ou leurs bureaux, à laisser la porte de leurs bureaux ouverte ou à s’habiller de manière plus frappante.

Nous pouvons aussi utiliser d’autres exemples tous les jours: si nous nous considérons comme extravertis, rarement le week-end, nous resterons à la maison pour regarder un film ou lire, ces comportements sont bien plus typiques des personnes introverties.

D'autre part, il existe également des emplois liés aux personnes extraverties ou introverties. Les travaux de laboratoire ou de recherche nécessiteront des profils plus introvertis, tandis que d'autres postes, tels que coordonnateurs ou superviseurs de projets, relations publiques ou secteur du tourisme, sont propices à ce qu'une personne extravertie se sente dans son élément et développe ses compétences.

Bien que chacun de nous soit plus proche d’un pôle que d’un autre, il ne fait aucun doute que l’être humain a la capacité de s’adapter à la situation et, par conséquent, il y aura des occasions où nous nous comporterons de manière plus ouverte ou plus réservée en fonction des circonstances.

Ainsi, au lieu de parler des introvertis et des extravertis en tant que tels, il serait plus correct de dire "principalement introverti" ou "principalement extraverti".

Timidité

Un autre comportement social (bien que nous puissions parler de "comportement antisocial") est la timidité, définie comme le sentiment d'insécurité ou même de honte ressentie par une personne lorsqu'elle est confrontée à des situations sociales généralement nouvelles (bien que l'on puisse également la ressentir dans des contextes qui nous sommes nouveaux)

Il peut aussi s'agir d'un état d'esprit qui interfère avec les relations sociales et, dans certains cas extrêmes, peut être nocif ou pathologique, car il empêche la personne de bénéficier d'une vie sociale complète qui, comme nous le savons, est essentielle au maintien de l'équilibre mental. .

Comme nous l’avons déjà dit dans les paragraphes précédents, il est très courant de confondre introversion et timidité lorsque celle-ci n’est qu’un trait de personnalité qui ne pose aucun problème et n’influence pas la fonction sociale de la personne, alors que la timidité peut réduire la développement de celui-ci.

La timidité, par contre, va beaucoup plus loin et peut être liée à diverses pathologies et conditions; Par exemple, les troubles anxieux: plus spécifiquement, l’anxiété sociale, qui peut se transformer en crises de panique authentiques.

Cependant, la timidité a aussi son côté positif. Normalement, les personnes timides ont tendance à rassembler certains traits ou attributs qui les rendent particulièrement fidèles à leurs connaissances, peut-être en raison de leur incapacité à nouer des relations avec de nouvelles personnes ou à se faire plus d'amis.

Ils se distinguent également par leur caractère calme, prudent et non agressif. Nous ne connaissons probablement aucune personne timide ayant manifesté un comportement violent ou exprimé sa colère.

Les gens collectivement et de masse

Un autre phénomène étudié par la psychologie sociale est lié au comportement de masse ou lorsque nous formons un collectif, les forces sont-elles optimisées? Y a-t-il une synergie positive ou est-ce le contraire?

L'étude de la psychologie des masses provient principalement de la tradition psychonaliste. Ce qui est tenté est d'expliquer l'influence des actions de grands groupes sur la personne isolée; c'est-à-dire l'identité de ces derniers et la manière dont ces actions ont des répercussions sur les mouvements politiques ou culturels, entre autres.

Si nous consultons le sociologue LeBon, nous pouvons trouver une définition très précise du comportement des masses: regroupement humain caractérisé par une perte de contrôle rationnel, une plus grande suggestibilité, une contagion émotionnelle, une imitation, un sentiment de toute-puissance et de l'anonymat de l'individu.

Comme on peut le constater, dans le comportement de masse, plusieurs phénomènes comportementaux, cognitifs et émotionnels peuvent être rapidement identifiés: il y a par exemple la diffusion de la responsabilité et même le décalage social (en présence de quelqu'un ou d'un groupe). personnes ont tendance à diminuer leur productivité ou leurs performances). De même, une identité de groupe très forte est créée.

Voyons par quels éléments se définit "l'entité" dénommée par les sociologues et les psychologues:

Groupes qui se rencontrent autour d'un besoin commun ou d'objectifs communs.

Un leader qui prend les rênes.

─ Sentiments d'identité et d'appartenance.

─ Cohésion, totalité et homogénéité des membres.

Ses composants sont malléables et faciles à manipuler.

Après avoir lu ces caractéristiques énumérées, nous sommes certains de penser à des groupes sectaires ou à des problèmes encore plus difficiles, mais la vérité est que ces phénomènes peuvent se produire pratiquement dans n’importe quel groupe ou association de personnes, pratiquement sans s’en rendre compte.

Ce ne sont pas non plus des éléments négatifs ou pathologiques en soi: par exemple, il est nécessaire qu'il y ait un chef de file dans presque tout groupe qui se respecte et, à mesure que le groupe mûrit, ils apparaîtront chaque fois renforçant les sentiments d'identité et d'appartenance.

Le langage: l'outil indispensable

Nous savons que la base du comportement social n’est ni plus ni moins, le langage, grâce auquel nous pouvons transmettre des messages ou des intentions complexes. Sans aucun doute, l'un des théoriciens les plus influents en matière d'établissement des principes du langage et, partant, du comportement social était Watzlawick et son groupe.

Celui-ci a établi 5 principes ou axiomes qui animent la communication humaine, et ils sont les suivants:

Il est impossible de ne pas communiquer : même le silence peut parler. En fait, il suffit de penser aux moments de silences inconfortables et aux sensations qu’ils nous transmettent et que nous avons sûrement vécues.

La communication a un contenu et un aspect relationnel : l'aspect contenu renvoie à ce que le message, vide (sans éléments prosodiques de la voix, par exemple) veut nous dire. La composante relationnelle fait référence à "l'imposition" de comportements, tels qu'un ordre, pouvant désigner une hiérarchie verticale (d'une personne supérieure à une personne de rang inférieur).

La nature d'une relation dépend de la gradation que les participants font des séquences de communication : ceci, qui semble si complexe, est simplement la façon dont le flux de communication est structuré et comment les communicateurs sont renvoyés.

La communication humaine implique deux modalités : numérique et analogique: le numérique est ce qui n'est pas dit; c'est-à-dire la communication non verbale et l'analogique ce qui est correctement dit.

Il existe deux types d’échanges communicationnels, l’un symétrique et l’autre complémentaire : dans le premier cas, si notre partenaire nous reproche par exemple un comportement, nous le lui reprocherons deux fois plus fort. Dans le second cas, si notre père ou notre mère a un comportement autoritaire et que nous agissons avec obéissance, nous compléterons nos comportements de manière réciproque.

Conclusions

Comme nous l'avons vu, le comportement social est en réalité un amalgame assez complexe de relations de rétroaction, car le comportement d'une personne influe sur le comportement d'une autre, formant ainsi un effet papillon.

Bien entendu, comprendre le comportement social dans son ensemble est une tâche presque impossible, en partie parce que dans la société, nous sommes plus imprévisibles que même individuellement.